Skip to Content

Monthly Archives: juin 2014

Enfant gâté

Par

 

Loïck surfe sur la vague médiatique? Réflexion sur un commentaire de Facebook.

 

La dernière publication vidéo de Caroline sur le Lagoa Dos Patos au Brésil, a donné lieu à ce commentaire sur la page Facebook de Voiles et Voiliers :

« Vraiment, à moins de se rabattre sur une Page d’Art (et encore!) on ne plus rien regarder qui ne parle du Brésil… d’un rasoir!!! ».

 

Cette petite phrase nous a surpris, et nous a fait réfléchir. Ces quelques mots, nous ont fait mesurer combien notre voyage nous a emmené loin de chez nous.

 

Le Lagoa Dos Patos offre des paysages à la fois lacustres et maritimes

 

Je vois bien de quoi parle l’auteure de ce commentaire. De façon cyclique les médias déclinent un thème majeur de cent façons différentes. Aujourd’hui le Brésil, hier le débarquement en Normandie, demain les vacances, après-demain la rentrée. Même si le journaliste que je suis se demande parfois pourquoi les publications qui ne suivent pas le flux général ont du mal à survivre, je dois reconnaître que le quidam, que je suis aussi, a déjà poussé le même soupir que cette internaute devant la taille de certaines vagues médiatiques. Mais c’était avant, quand j’habitais Paris.

 

Depuis nous sommes partis en bateau, nous vivons dans un monde où le battage médiatique a cessé.

 

Aucun média en mer sauf quelques lignes de mail et quelques vacations vaillamment reçues par la BLU. Guère mieux au mouillage où l’on ne comprend rien à la FM locale. Pour le net, on a le choix entre quelques connexions WiFi indigentes dans les marinas ou le temps compté des “LAN house”. Pas de télé. Voilà notre luxe en matière d’information.

 

À vrai dire, ce Mondial brésilien est une aubaine pour nous. Nous sommes actuellement à Ushuaïa depuis un mois et demi. C’est l’hiver, nous restons le seul voilier habité de la baie. Nous sommes plutôt en quête de sociabilité. Les matchs de l’Argentine et de la France sont l’occasion de conversations et d’invitations bien venues.

 

Caroline en tournage à Colonia Z3, un village de pêcheur sur le Lagoa Dos Patos

 

C’est un lieu commun de rappeler que le bateau propose un univers de la rareté. Tout le monde s’imagine assez bien presser sa dernière orange lors d’une traversée de l’Atlantique avant d’alterner les boites et le lyophilisé. On pense moins à la paucité des produits intellectuels et culturels.
À Buenos Aires la télé, image et son, s’invite sur les quais du métro. Partout où la 3G est disponible, la technologie des smartphones amplifie, à coup de notifications, la conversation générale — qui, souvent, ne diffère guère des sujets de la presse (qui de l’oeuf et de la poule ?). Sur ce point, la mer est un désert. Un sanctuaire ?

 

On finira probablement par tous avoir l’internet en haute mer. Avant que cela n’arrive, je voudrais témoigner du plaisir que l’on éprouve à vivre dans un univers de rareté, y compris de l’information. Entre l’envie et la consommation s’intercale l’attente, donc le désir — ou l’oubli.

 

Le Lagoa dos Patos, une mer intérieure dont les sondes dépassent rarement 5 m

 

C’est donc en toute naïveté que, du fond de notre carré, Caroline a monté cette vidéo pendant que le vent rugissait dehors. Notre hivernage au bout du monde nous laisse le temps qui nous a manqué jusqu’ici pour traiter ce matériau. Nous n’avons pas cherché à surfer sur une vague brésilienne, ni à l’éviter. Pour nous ce n’est qu’un petit clapot. Nous avons juste pensé qu’il valait la peine de partager notre découverte du Lagoa Dos Patos et du Lagoa Mirim : des plans d’eau grands, beaux et injustement méconnus des voiliers de voyage.

 

Trois ans de voyage à la voile nous ont fait oublier ces nausées d’enfant gâté qui repousse, l’air dégouté, la nourriture que l’on dispose gracieusement devant lui. Désolés.
 

La qualité du noeud

Par

 

Un instant d’inattention et Loïck se retrouve sans annexe.

 

Il a cessé de pleuvoir. Je sors sur le pont pour contempler ce magnifique mouillage. L’eau calme réfléchit les mouvements du ciel. Une masse de nuages gris fuit un rayon de soleil parti à la conquête d’un pic tavelé de neige.
Mais qu’est-ce qui ne va pas dans ce petit paradis ? Sensation de vide. La chute ! Je réalise que l’annexe a disparu.

 

« Comment ai-je pu faire une telle bêtise ? »

 

Puerto Hoppner. Loïck est mouillé en haut à gauche du bassin, derrière la petite île.


 
Puerto Hoppner, sur l’île des États, est un plan d’eau d’une vingtaine d’hectares ouvert sur la mer par une passe de 10 mètres de large. Notre petit semi-rigide n’a pas pu aller loin. L’équipage me rejoint sur le pont. Caroline repère l’annexe à trois cents mètres dans les rochers, Schuss est tout embêté, car il est le dernier à s’être servi de l’annexe. Il jure avoir frappé l’amarre au taquet bâbord arrière de plusieurs tours et demi-clefs. Ce détail me remet une scène en mémoire.

Mon nageur de combat prêt au sauvetage

Il y a une heure, je suis sorti pour aller chercher un je-ne-sais-plus-quoi dans l’annexe. Pour ne pas enjamber la filière et descendre le long du franc bord, j’ai détaché le youyou pour l’amener à la plateforme arrière. Je suis ensuite descendu dans l’embarcation en gardant une main au bateau pour ne pas m’éloigner, et je suis remonté à bord en la laissant à son sort. Comme d’habitude.

Avant de tenter de répondre à la question qui me turlupine « comment ai-je pu faire une telle bêtise ? », je rassure Schuss en lui disant que c’est de ma faute. Je vois soudain se transfigurer d’allégresse. Les vannes commencent à fuser.

 

L’autorité flétrie du capitaine

 

Comment récupérer l’annexe ? Sous ces latitudes il n’est pas question de piquer une tête et de faire quelques brasses sans prendre quelques précautions, ne serait-ce que pour deux cents mètres. L’eau doit être entre 6 et 8 degrés. À notre disposition nous avons une seconde annexe enfouie sous une demie heure de travail au bas mot, une combinaison de plongée de 7 mm à ma taille et aucune envie de me baigner, ou une combinaison de survie que Caroline n’a jamais testée. Il me parait subitement tout à fait nécessaire d’entreprendre un exercice d’abandon de navire sur le champ. Mais, avant même que je ne fasse usage de mon autorité flétrie de capitaine, Caroline propose de se mettre à l’eau.

Une eau entre 6 et 8 degrés

 

Sauver le petit éléphant

 

La séance d’essayage de ce vêtement seyant a l’avantage de détourner le feu nourri de lazzis à mon égard. Chaussée, gantée, cagoulée, Caroline ressemble à un gros manchot noir et rouge, en particulier quand elle tente de marcher. Après avoir solidement attaché notre cousine de Casimir à la plus longue amarre du bord, Caroline se met à l’eau avec une grimace. La combinaison laisse entrer l’eau aux chevilles et aux poignets. Il parait que c’est normal, en tout cas il est trop tard pour changer d’avis. Je suis assez fier de voir s’éloigner ma femme d’un battement de pied tendu dans l’eau noire et glacée. Caroline est une excellente nageuse, il ne lui faut pas longtemps pour rejoindre la terre et sauver le petit éléphant.
« Le petit éléphant », c’est le surnom de l’annexe , pour sa peau grise, ses gros boudins, son air pataud, sa force et son avant qui fait penser aux bosses du front de l’éléphant d’Asie. Après tout, ce n’est pas pire que ce copain qui a surnommé son pilote Raymond parce que Raymond barre. La solitude de la mer n’engendre pas que des cogitations métaphysiques.

 

Un accident est si vite arrivé !

 

Mon erreur a suivi sur un schéma que tout le monde connaît. On commence une action, on l’interrompt et le cerveau considère comme « close» l’action précédente, surtout si elle est habituelle. C’est le grand classique du coup de fil qui nous fait oublier de mettre les surgelés au congélateur en rentrant des courses.

 

Dans quelles circonstances, dans ma vie de citadin, mes biens, ma sécurité dépendaient de la qualité d’un nœud ? J’ai déjà oublié de fermer le gaz, claqué la porte en laissant les clefs à l’intérieur, laissé couler l’eau, omis de tirer le frein à main, et heureusement la bougie que je n’avais pas éteinte à juste foutu de la cire partout sans incendier l’appartement. J’ai eu de la chance. Un accident est si vite arrivé ! Non ? …Pas tout à fait… En tout cas moins vite que sur un voilier. Les conséquences de nos erreurs sont moins graves en ville, l’assistance plus disponible.
Une des grandes différences entre la vie maritime et la vie terrienne, c’est le niveau de vigilance.

 

Le moteur était relevé, aucune casse