Note : Le blogue suspend momentanément la progression de Loïck en Patagonie pour coller à l’actualité des vidéos de Caroline sur le Rio de la Plata.
Les Caprices du Rio de la Plata 1/2. Les Caprices du Rio de la Plata 2/2.

 

Notre première escale en Uruguay n’a duré que quelques heures. Une météo clémente nous a permis de découvrir un lieu exceptionnel : Cabo Polonio.

 

« Il est probable que ce soit le Capitaine Joseph Polloni, dont le navire en provenance de Cadix fit naufrage sur ces côtes au cours de l’été 1753, qui donna bien involontairement son nom à Cabo Polonio. Refuge de pirates et de contrebandiers français jusqu’au début du XVIIIe siècle, habitée depuis des milliers d’années par des peuples indigènes dont on retrouve des traces un peu partout dans les dunes, c’est une terre au-delà du monde, une île perdue entre l’atlantique et une mer de dunes ». Explique le photographe Stéphane San Quirce dans la préface de son livre « Cabo Polonio » cité par le site cabo-polonio.com

 

 

Nous avons mouillé par 10m, fond de sable de bonne tenue, dans la baie sud qui est un bon abri. La baie nord semble être très peu profonde, je crois qu’il faut mouiller loin de la côte. Pas sûr que ce soit un bon abri pour les méchants coups de sud de cette région.


 
 
Le village sans électricité est séparé du continent par une mer de dunes qui le protège d’un tourisme de masse. Cabo Polonio est une réserve naturelle.

 

La galerie version plein écran