Le blogue revient sur l’île des États, en Terre de Feu pour une promenade aux alentours de notre mouillage de Puerto Hoppner.

 
J’aurais beau écrire des billets et montrer des photos, j’ai le sentiment frustrant que je n’arriverais jamais à transmettre ce que j’ai ressenti à l’île des États. Je peux au moins esquisser le contexte.
Après les inquiétudes qu’engendre la mer à ces latitudes, cette île déserte semble nous prendre dans ses bras. Elle les referme en un petit basin qui laisse les vagues et le vent se déchainer dehors.
Chacun sait que les longues navigations développent les sens et la sensibilité, parfois jusqu’à la sensiblerie. C’est dans cet état de perception exacerbée que cette nature, qui n’a jamais connue la main de l’homme, s’est offerte à nous.
 
L’image ci-dessous montre le trajet de notre promenade.

(cliquer sur l’image pour agrandir)

 

 
Les numéros indiquent où se trouvent les scènes photographiées dans la galerie d’images. Les pointillés signifient que nous sommes passés derrière la colline du premier plan.