[De retour à Buenos Aires, en longue escale, nous travaillons sur le matériau 
glané dans le Sud que nous n’avions pas eu le temps de traiter pendant nos
navigations. Cette série de billets dans les canaux accompagne quatre vidéos
de Caroline, à paraître.]


Trois Yachts Club accueillent les voiliers dans le Beagle. Notre départ dans les canaux fuégiens est l’occasion de faire le tour des ressources locales.

(lien vers le paragraphe d’infos pratiques)
 
Nous quittons Ushuaïa avec soulagement et excitation. La ville nous a échappé, dévorés par la fièvre de la prochaine navigation. Comme pour la plupart des bateaux de passage en été, ce fut une escale technique. Neuf jours pour préparer deux mois d’autonomie dans les canaux fuégiens. Dans une ville inconnue, c’est peu.
Toujours la même routine. Liste des besoins du bateau, localisation des ressources locales — les moins chères possible, puis ce sont les corvées de courses, de rangements, de réparations, de vidange, de pleins, entrecoupées de pauses au café pour envoyer les courriels. L’internet du club ne fonctionne pas.
 

Pare-battages explosés


Le ponton de bois de l’AFASYN (infos) où la plupart des bateaux accostent fait face à la ville. Le club nautique rallie le centre par une grande virgule de terre poussiéreuse dont les vents dominants saupoudrent la baie.

 

Au milieu de la baie d’Ushuaïa, le Saint Christopher échoué fait partie du paysage.


Ushuaïa s’étend sur 10 km entre mer et montagne. Trois longues rues bien achalandées courent le long des courbes de niveau. La petite chaine de sommets à pointe blanche qui entoure la baie semble avoir été dessinée par un enfant appliqué. Malgré une circulation dangereuse, j’aime parcourir en vélo ce panorama grandiose ― quand la lutte contre les rafales ne transforme pas la balade en ascension du Ventou. L’autre ponton appartient au club Nautico, où nous avons passer l’hiver à découvrir le charme discret de la vie à Ushuaïa,  j’en parlerais dans un autre billet (infos).

 

Les voiliers de charters et privés s’arriment à couple les uns des autres, souvent sur trois ou quatre rangs de part et d’autre du ponton de l’AFASYN.

 

Loïck au ponton de l’AFASYN, jour de calme. Casier paré sur la plateforme.

 

Bagages, fûts de diesel, caisse de vins, cageots de légumes et autres victuailles, tous sont tirés à bras d’homme sur les madriers disjoints dans une noria de chariots cahotants. Les équipiers de toutes les nationalités embarquent ou débarquent sous le regard envieux des trekkeurs, bourlingueurs et globe-trotters en tous genres qui arpentent l’appontement dans l’espoir d’un embarquement pas cher. En été, l’atmosphère industrieuse de ce « ponton nodal » du Grand Sud n’est pas toujours détendue ; le vent du nord, le plus furieux, souffle travers à la structure. Au vent, on compte plus les pare-battages explosés.

 

Une arme de gros calibre

 

Vent, neige, mer, montagnes, forêts, une nature omniprésente en ville.

 

Rencontrer les bateaux habitués des lieux n’est pas seulement un plaisir, mais une nécessité pour glaner les infos sur la ville et la route à venir. Malgré leurs agendas serrés, les professionnels trouvent toujours un moment pour s’assoir autour d’une carte de la région et distiller les conseils indispensables aux nouveaux arrivants.

 

Loïck est plus que plein. Une kyrielle de petits bidons de 5 litres, récupérés dans les pressings, courent sur le pont. Même le plus simple des jerricans de 20 l était hors de prix. Une demi-tonne de diesel : de quoi se chauffer pendant un mois et faire les 320 milles au moteur pour arriver à destination, Punta Arenas ; s’il le fallait.

Caroline a trouvé un pécheur qui nous a vendu un grand piège à centollas. Un mètre vingt de diamètre, 60 cm de haut. Une arme de gros calibre impossible à ranger, mais qui devrait nous fournir en chair fraiche dans les canaux. Ici, la traine ne donne rien.

 

Par sud-est, ne pas hésiter sur la taille des pare-battages.

« Les Français, c’est comme les Chinois… »

 

La grosse ambiance entre bateaux est sur l’autre rive du Beagle, à 25 milles de là, sur le Micalvi à Puerto Williams (infos), une ville de garnison sur l’ile chilienne de Navarino. Ici, la plupart des voiliers reviennent de mer ou bien attendent une fenêtre pour partir. Les équipages ont le temps.
Le Micalvi est un cargo des années trente, échoué pour servir de Yacht Club. Son carré et sa timonerie à l’étage abritent un bar au plancher en dévers, fameux pour sa tendance à la fête. Les drapeaux de tous les pays qui fond la décoration du bar sont à l’image de la faune de voileux et de trekkeurs qui sifflent des canettes bière « Austral » et des flutes de piscos sour. On y parle toutes les langues du monde, et souvent le français. « Les Français, c’est comme les Chinois, ils sont partout », me faisait remarquer un Argentin.
Ici, il y a largement plus de Français que de Chinois.

 

L’escale à Puerto Williams est obligatoire tant pour aller au cap Horn que dans les canaux. Les autorités chiliennes surveillent la zone avec attention et demandent aux bateaux une clearance pour naviguer dans leurs eaux. Au-delà des problèmes de frontière avec les Argentins, il se dit que les Chiliens aimeraient concurrencer Ushuaïa en matière de tourisme nautique dans la région. Un port est en projet.

Nous quittons la chaleur humaine de Puerto Williams après une belle fête avec des alpinistes québécois de retour d’Antarctique. Face à nous, les fameux canaux de Patagonie, une nature sans hommes.

 

(lien vers haut de page)

 

Infos Pratiques :

Trois clubs nautiques accueillent les voiliers dans le Beagle :

Ushuaïa (Argentine)

Ville bien approvisionnée.
Deux types de gasoil : l’Eco, pas cher de moindre qualité (ne pas mettre dans le poêle, gèle facilement), l’Euro à peine plus cher, meilleur, mais pas toujours disponible.
Une entreprise de gaz charge les 13kg françaises.
Envoi de marchandises à partir de l’Europe compliqué et peu sûr (préférer les Malouines).
Argent : Comme partout dans le monde pour le taux officiel.
Uniquement avec des dollars en billets pour le taux officieux (pas avantageux pour les euros) – le choix du marché parallèle fait débat.

 

Le club propose l’échouage ou la sortie d’eau

1/ Club AFASYN, Ushuaïa.

clubafasyn[at]speedy.com.ar,
tel +54 2901 437842
Club préféré de la plupart des bateaux à Ushuaïa.
Confort : Eau, électricité (payée en sus, chère), douches, toilettes, machine à laver à dispo, bibliothèque, salle commune, internet ne fonctionne pas au ponton et mauvais au « club-house ».
Technique : amarrage au ponton ou à couple, corps-mort (à faire vérifier par un plongeur) pour laisser le bateau, sortie d’eau jusqu’à 14m ou échouage au ponton avec la marée. Petit chantier avec équipe technique aguerrie. Récupération des fluides moteurs usagés.
Gasoil : Prêt de fûts de 200 litres à charger sur une camionnette louée en siphonnant le fût à partir du ponton (une mission). Ou bidonnage en traversant la baie avec l’annexe pour se rapprocher d’une station un jour de beau temps.
Prix moyens.

 

Coup de nord dans la baie vu du Nautico

2/ Club Nautico, Ushuaïa:

Tel du trésorier en 2014 :
Livio +549 2901 61 7007 (mobile et WhatsApp)
Juste un beau ponton près du centre accessible aux bateaux calant moins de 2 m
Confort : Eau, électricité, bon internet (tout compris). Pas de sanitaires.
Technique : Amarrage au ponton très sûr sauf par fort vent E et SE. Une seule bonne place pour laisser un bateau calant moins 1,6 m.
Prix : Le moins cher des trois.
 
 
Puerto Williams (Chili)

Gasoil de bonne qualité à quai avec accord de l’Armada, prix européen.
Gaz : uniquement les bouteilles chiliennes.
Internet lent dans toute la ville.
Avitaillement : Peu de frais et en général plus cher qu’à Ushuaïa, mais certains produits sont meilleurs et moins chers comme les pâtes ou de délicieuses moules séchées et fumées -pour les risottos.
Argent : un distributeur de billets.
Mise à jour du 29 sept 2015 Un travel lift de 35 T devrait entrer en fonction en novembre 2015, le port ouvre le 25 oct. Info selon une source locale qui m’a conseillé de ne pas être trop précis sur les dates… Donc à vérifier pour cette saison.

 

Le Micalvi, le club généralement choisi pour l’hivernage

3/Le Club Micalvi, Perto Williams:
 
Page Facebook : Micalvi Yacht Club
Excellente ambiance.
Confort : Eau, électricité (en sus), douches, toilettes. Faible internet au bar en WiFi. L’ordinateur du club à disposition avec un débit un peu meilleur, mais ce n’est pas là que vous regarderez un film en streaming…
Technique : Bateau à couple ou sur corps-morts. Très bon lieu d’hivernage. Pas de chantier
Prix moyens.