Sur le balcon avant, avec rien d’autre à faire que de se laisser hypnotiser par le ballet des Commerson.

 

Lieux où nous avons observé des Commerson

Le temps passe autrement sur la mer. En particulier dans les calmes. Il se dilate, s’étire jusqu’à se disloquer. Si l’on parvient à en prendre son parti, sans piaffer, on entre alors dans une stase contemplative où tout fait spectacle. Un oiseau qui passe, le reflet du soleil sur l’eau huileuse, la forme des nuages… Dans ces conditions, il est facile d’imaginer le plaisir de se faire aborder par une bande de dauphins de Commerson et de les regarder nager pendant des heures.

 

C’est le thème de cette vidéo de Caroline qui, rassurez-vous, a été raccourcie à 1’30″.
La musique est de Minivan, un groupe d’électro-jazz de Stephane Bissières que l’on joue souvent sur le bateau.

 

Je vous avais parlé des dauphins de Commerson dans le billet “Jour de pétole, jour de chance“. Je vous rappelle le contexte :

 

Loïck navigue vers l’île des États. Ce matin, pas un souffle d’air. Le moteur nous pousse à bas régime vers le cap Dos Bahias où l’on trouvera le vent. À l’étrave, son ronronnement est couvert par le chant de l’eau sur la coque et le bruit des évents. Vous êtes assis sur le balcon avant :