Loïck rentre en France depuis Buenos Aires. Nos longues navigations vont affecter la régularité du blogue.

 

Ce blogue va entrer dans une période un peu erratique. Nous venons de quitter Buenos Aires pour remonter vers le nord. Nous rentrons en France. Amis, famille, caisse de bord et traitement de fond pour Loïck, voilà le programme d’une escale que nous espérons pas trop longue.

Nous ne sommes pas encore sûrs de la route. Brésil, Cap-Vert, Açores ? Cela nous permettrait d’être en France en automne. Une boucle par les Caraïbes ? Peut-être, mais la caisse de bord risque de faire la tête.
 
 

En attente à Piriapolis

 
Dans tous les cas, nous avons devant nous de grandes navigations et peu de temps à terre.
Je ferai tout ce qui est possible pour nourrir ce blogue dès que je pourrai, mais je vous prie d’ores et déjà de pardonner son irrégularité pour les six mois qui viennent.
Jusqu’ici, j’ai eu du mal à écrire en mer, je vais tenter de changer cela. Tant d’histoires attendent d’être écrites, toute la remontée du sud et, en particulier, les Malouines valent quelques billets.

 

La baie de Piriapolis et le fameux Hotel Argentino. Ville voisine de Punta del Este.

 

Ne serait-ce que ce port uruguayen où nous sommes en train d’attendre une fenêtre : Piriapolis. Une ville balnéaire inventée au début du siècle par un marchand visionnaire : Monsieur Piria.
Ce petit port attire la crème des bateaux de voyage grâce à sa situation et son Translift.

 

Le port de Piriapolis vient d’ajouter trois grandes pannes pour accueillir les voyageurs.

 

Avitaillement. Balane V prépare un direct vers les Açores

Nos voisins viennent pour la plupart du Grand Sud. Pas moins de deux Swan 57 sont amarrés aux pontons, dont l’un vient des Malouines. Un grand ketch français (Balane V) est arrivé de Puerto Williams hier, ce matin un Class 40 américain (Griphon Solo 2) de Cap Town par le cap Horn, le génois tout déchiré et la quille délaminée, sans parler d’une bonne quantité de petits 12 m comme le notre (OVNI, Dufour etc.) Quel drôle de port ! Comme toujours, en grande croisière, beaucoup de Français.

 
Nous sommes tous en train d’attendre la fin de cette petite dépression qui fait souffler le Carpintero, un vent de sud-est, perpendiculaire aux 500 milles d’une côte qui ne compte qu’un seul abri à mi-parcours (Rio Grande Do Sul). C’est un vent fort qui lève une mer difficile sur des fond d’à peine soixante mètres à plus de 30 milles du rivage. En cas de pépin, pas d’abri.
Carpintero veut dire charpentier. Ce vent a pris ce nom car il donnait du travail à cette corporation. Les charpentiers allaient à la côté récupérer le bois des bateaux échoués. La fin de cette dépression devrait nous porter vers le nord.

 

La position de Loïck par BLU

 

À défaut de billet de blogue pour cause de navigation, nous donnerons des nouvelles depuis la mer par des petits messages sur la carte ci-dessous.

 

 

Nous communiquons en mer grâce au réseau des radioamateurs Winlink que j’ai décrit dans un précédent billet. Une BLU (radio HF), un modem Pactor, un ordinateur, c’est ainsi que nous pouvons envoyer des mails et recevoir les GRIB (tout à fait semblable au principe de Sailmail sauf que c’est gratuit).
 

 

Un message par jour

 
Le site de Winlink propose une carte où l’on peut suivre la position du bateau. Nous faisons généralement un point par jour en navigation. Le survol de la souris sur un point permet de connaître la vitesse et le cap de Loïck. Il nous est aussi possible d’écrire un petit texte de 80 caractères. Les points bleu sont plus anciens, le point rouge est le dernier actualisé.

 
Au cas où le survol ne fonctionne pas, la carte est accessible sur le site de Winlink.org
 
Pour les curieux ou si vous avez des amis radioamateurs en bateau, voici la carte générale.
Pour info l’indicatif pour Loïck est F4GFQ
 
À bientôt.
73 (comme écrivent les radioamateurs, c’est le code pour “Salutations”)
 

On est un peu inquiet : s’il montait sur notre plate-forme, il pourrait bouffer le chat ?